Marché monétaire en confinement (suite)
Rédigé par Axis-Alternatives le 27/04/2020

Comme anticipé par notre équipe trésorerie il y a un mois, le marché monétaire s’est détendu pour les corporates avec cependant un mouvement de re-allocation vers les signatures les mieux notées. Les détails dans cet article d’Edouard NGUYEN Directeur Associé axis alternatives.

 

treasury axistresorie neucp conseil

Les encours remontent au profit des Corporates les mieux notés

 

La veille du confinement, nous faisions part de notre point de vue sur la réaction du marché monétaire face à la crise, plaidant pour un certain optimisme soutenu d’un côté par la répartition des encours de NeuCP sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, et d’un autre côté par l’intervention imminente de la BCE par l’intermédiaire de la Banque de France.

 

Un mois plus tard, qu’en est-il ?

 

Si l’on regarde les encours publiés chaque semaine par la Banque de France, le marché a ré-ouvert pour les Corporates après une phase de contraction. Au 17 avril, l’encours d’émissions Corporates court terme revenait à 61 Mds€, soit un niveau similaire à celui du 20 mars, après une contraction à 58 Mds€ entre-temps. L’encours total reste en baisse en raison de la chute des encours d’émetteurs financiers.

En revanche, cette embellie ne doit pas cacher une ré-allocation des investissements au profit des émetteurs Corporates notés A-2 ou au-dessus.

 

Le nombre d’émetteurs Corporates, bien qu’en augmentation, reste encore inférieur au niveau d’avant-crise, ce qui montre que le marché a tendance à privilégier les émetteurs les plus importants en volume.

Plus parlant encore, la répartition de l’encours par rating montre clairement une ré-allocation des investissements vers les NeuCP corporates notés A-1 et A-2 qui représentent aujourd’hui 68% des encours corporates contre 60% début mars. Cette ré-allocation se fait largement au détriment des corporates non notés dont l’accès au marché est traditionnellement plus complexe, ce qui se trouve exacerbé par la tension actuelle et par les règles d’intervention de la BCE.

A ce stade, l’évolution du marché est donc peu surprenante et nous y retrouvons les mêmes mécanismes que lors des dernières crises :

 

– Contraction vive du marché sur le court terme

 

– Intervention des superviseurs pour normaliser le marché

 

– Fly to quality lié d’une part à la prudence accrue des investisseurs et d’autre part aux règles d’intervention des superviseurs

Actualités similaires